La CHARTE DES ISLANDERS

Nous partageons ici avec vous les principes que nous essayons d’appliquer au maximum
au quotidien et lors de nos voyages dans une démarche de développement durable.
L’objectif est assez simple : avoir un impact positif sur le plan économique et social des populations
locales tout en essayant de minimiser notre impact environnemental.
En tant que « récents éclairés », notre liste est loin d’être exhaustive. Nous espérons cependant que,
pour la plupart d’entre vous, elles sembleront d’ores et déjà évidentes.
Merci donc par avance pour votre indulgence et n’hésitez surtout pas à nous partager les vôtres !
Sharing is caring.

Sur la façon de voyager
Voyager vers des destinations plus proches, pour lesquelles on privilégiera les mobilités douces. Quitte à prendre un peu plus de temps pour les trajets.
Un petit Lao Tseu de circonstance « Le bon voyageur n’a pas d’itinéraire et n’a pas l’intention d’arriver.»
MAIS, la bonne nouvelle est qu’on y restera plus longtemps 😄

Sur la destination avant de partir
o Si on choisit d’aller vers des destinations déjà fréquentées, on repère la basse saison. On a besoin de place pour étaler notre plus belle foutah sur la plage anyway.
o On booke notre hébergement en direct. Les hébergeurs locaux font même spontanément un petit discount lorsque l’on procède ainsi. Win-win.

Une fois sur place
o On ralentit la cadence plutôt que conserver notre frénésie habituelle…
o On privilégie des activités sans moteur. Le paddle travaillera plus nos abdos fessiers que le jet ski de toute façon.
o On s’informe sur les problématiques environnementales locales. En ce qui concerne les îles, microcosmes fragiles, l’accès à l’eau et le tri des déchets sont souvent des enjeux majeurs.
o Nous sommes venus ici notamment pour le soleil ? Alors on assume et on profite de la chaleur qui va tout naturellement avec, sans la clim.
o On garde nos bonnes habitudes. Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas chez nous qu’on doit tout oublier. On continue de faire notre marché auprès de la ferme locale, notre cabas bien calé sous le bras, notre shampoing solide dans la trousse de toilette et notre cendrier de poche dans le sac de plage. On se déplace si possible à vélo ou à pied sur les plus petites îles. Alors oui, on sait qu’avec 2 enfants et 18 valises, c’est parfois compliqué mais la plupart des hébergeurs proposent un pick-up à l’arrivée.

Pour résumer, on se met en mode citoyen du monde plutôt que simple touriste de passage.
Pour ceux qui le souhaitent, quelques sites pour aller plus loin :
L’incontournable site de l’Ademe,
Le site GreenTripper permet de calculer hyper facilement son empreinte à chaque déplacement et propose différentes options de compensation. Le budget annuel d’émissions CO2 par personne pour limiter le réchauffement à 2°C est de 2300Kg/an. On découvre ainsi par exemple u’un vol AR Paris/Palerme en classe éco est de 0,55T, un AR Paris/Bangkok est de 3400kg.
Le site Qu’est-ce qu’on fait, avec son ton positif et ses infographies très pédagogiques.